Epipactis

 

Epipactis atrorubens

 

›Synonyme : Epipactis atropurpurea

›Surnommé Epipactis brun rouge

Habitat en ESEM :

Espèce la plus thermophile des Epipactis
Très calcicole
Pelouses calcaires bien ensolleillées, bords des routes, clairières

 

›Plante : haute de 20 à 60 cm.
Tige : légèrement pubescente au niveau de l’inflorescence
Feuilles : ovales, lancéolées, alternes et engainantes
Inflorescence : +/- unilatérale
Fleurs :rouge sombre
Partie distale du labelle (épichile) formée de bourrelets crépus, chiffonnés
Floraison : fin juin à mi-juillet
Parfum : vanille

Statut régional :

- Présent dans la partie orientale de l’ESEM
- Presqu’inexistant à l’Ouest
- Espèce trouvée uniquement en Calestienne et en Gaume, en Wallonie
- Espèce inexistante en région flamande

 

 

 

Epipactis helleborine


›Surnommé Epipactis à larges feuilles

Habitat en ESEM :

surtout en milieux semi-ombragés
se trouve aussi à l’ombre ou en pleine lumière
nature du sol variable : acide à sol calcaire, plutôt aéré, parfois très sec
en sous-bois de feuillus ou de résineux, bordure de chemins, lisière forestière, le long des ballasts de voies ferrées, etc.

›Plante : 30 à 75 cm, robuste
Tige : pubescente au niveau de l’inflorescence
Feuilles : inférieures ovales, presque rondes, lancéolées, à base rétrécie non engainante, dépassant les entre-nœuds
Inflorescence : de 20 à 40 cm, à fleurs de taille moyenne
Labelle : épichile blanc ou rose-pourpre, rabattu vers l’arrière, muni de 2 gibbosités à la base, hypochile comporte une poche nectarifère souvent brun-noir
Ovaire : vert mais base du pédoncule teinté de violet (caractère important)
Floraison : juillet à fin août (septembre)

›Statut régional :

- 1 des orchidées les plus répandues en ESEM et en Belgique
- Il existe une grande variabilité de l’espèce (milieux différents)
- Il existe des plantes dépourvues de chlorophylle

 

 

 

Epipactis leptochila

Epipactis muelleri

 

Epipactis palustris

 

›Surnommé Epipactis des marais

 

›Habitat en ESEM :

bois, marais alcalins, prairies humides, clairières en forêts humides

›Plante : 20 à 60 cm
Tige : pubescente, purpurine au niveau de l’inflorescence
Feuilles : à nervures fortement marquées, étroitement lancéolées, aux bords dépourvus de denticulation
Inflorescence : de 5 à 20 fleurs assez grandes
Labelle : articulé, épichile blanc muni de 2 gibbosités jaune à la base, hypochile blanc à bords relevés largement ouvert, strié de rouge violacé
Floraison : juin-juillet

Statut régional :

- régression généralisée en Belgique
- avenir de l’espèce dans l’ESEM n’est pas assuré

 

›

Epipactis purpurata

Back to Top